top of page

La communication non-violente, dite CNV par Marshall B. Rosenberg

Les grandes lignes de la CNC sont :

  • repérer ce qui, dans notre manière de penser et de communiquer, génère de l’opposition ou, au contraire facilite la communication et désamorce les conflits

  • clarifier ce que nous vivons, notamment les enjeux ou besoins, et établir nos priorités parmi eux

  • s’exprimer de manière concise, avec des demandes claires

  • décoder l’agressivité d’autrui, c’est à dire ne pas la prendre contre soi de manière à garder le dialogue ouvert

  • écouter et développer une écoute empathique.



Communication en « Je » vs « Tu »

En CNV, il est préconisé de favoriser la communication en JE versus TU :


Quelques illustrations :

Quelle différence entre « tu me fais trop travailler » et « j’aimerais travailler un peu moins » ?

  • Le Tu « agresse », pousse à la défensive,

  • Le Je « inclue », exprime des besoins, favorise l’échange réel en donnant accès à ce que je ressens

Quelle différence entre « tes plaisanteries sont stupides » et « je n’apprécie pas beaucoup ce genre d’humour » ?


  • La première formulation accuse, sans exprimer ses propres sentiments et génère une réaction défensive

  • La deuxième exprime l'expression d’un point de vue, qui est donc relatif : "C'est mon point de vue, que tu peux accueillir ou mettre de côté".


Enoncé en « Je » favorise la franchise, l'ouverture, exprime ce que l'on ressent, est mois accusateur 🡪 plus facile à recevoir / plus d’impact / plus efficace


Enoncé en « tu » même si exact : "Tu n’as pas rendu le document en temps et en heures" contient un ou plusieurs éléments accusateurs. 🡪 Le flou est laissé sur les conséquences. Cela génère donc de l'inquiétude.



Pour une initiation à la CNV nous suggérons l'ouvrage de référence de Marshall B. Roserberg:






N'hésitez-pas à nous contacter : iwe@i-we.fr



8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page